Cruiser 350 autorisé en France grâce à la tromperie mis en œuvre par le Ministère de l'Agriculture en collaboration avec Syngenta

Stampa
17 septembre 2011 spagnola_18x12 italiana_18x12

Teschio con scrito sotto Cruiser e sbarra rossa che lo attraversa

Bientôt, aussi en France sera délibéré l'arrêt aux enrobages systémiques du maïs. Ayant décrété en Février 2008 illégale l'autorisation à l'utilisation du Cruiser pour le 2009, le 14 Septembre 2011 le Conseil d’État Français a déclaré illégal et sournoise le subterfuge des «autorisations à l'utilisation à caractère annuel» utilisées pour l'enrobage systémique du maïs Cruiser 350: "car elle prive les citoyens de leur droit de faire appel en temps utile".

 

Le Conseil d’État a consacré une séance de bien 14 heures pour examiner la demande présentée par les apiculteurs et les écologistes. L'orateur public, Edward Geffray, a souligné l'impossibilité, grâce à cette échappatoire, que un processus judiciaire soit conclu à temps pour éviter éventuels dommages. Dans ce cas, d'ailleurs, avec l’aggravant de l’évidente connaissance de la part du ministère de l'Agriculture, de l'insuffisance des garanties de sécurité de ce pesticide.

 

Pour le juge, cependant, dans la sécurité des pesticides "le doute n'est pas permis!"

 

Apicultori francesi in manifestazione contro il cruiser, manifesto che dice Fermiamo la massacre d'api

De 2008 à 2011, le ministère français de l'Agriculture, afin d'éviter toute sorte de contrôle sur les décisions prises sans une base légale, a en effet mis en place l'astuce frauduleuse de la autorisation conditionnée et valable pour un an seulement. D'abord pour le Cruiser et plus tard pour le Cruiser 350, deux produits parfaitement identiques, auxquels Syngenta a simplement changé de nom pour éviter que les sentences judiciaires du premier ne soient pas valables pour le deuxième «baptisé avec un nom different”.

L’Union des Apiculteurs Françaises ensemble avec d'autres organisations, ont dû commencer, et soutenir les lourdes coûts de quatre appels au Conseil d’État: pour les autorisations du Cruiser de 2008 et de 2009, et pour les autorisations du Cruiser 350 de 2010 et de 2011.

Contrairement aux mensonges propagées par certains "scientifiques" et reprises par divers médias grace auxquelles «les enrobages systémiques de maïs sont autorisés en France", des outres molécules systémiques comme le Gaucho et Poncho de Bayer et le Regent de Basf sont interdites en France depuis des années, pour les graves dommages aux insectes bénéfiques et à la nature. Le seul preparé autorisé est le Cruiser, et pour l'autoriser les complaisants functionnaires publics ont dû recourir au creatif «jeux des trois cartes” pour contourner l’évidente manque de garanties exigées par une législation dejà très déporvue.

En Février 2011, le Conseil d’État a donc pu émettre le veredicte d'illégalité des l'autorisations "annuelles" du Cruiser des années 2008 et 2009, mais sans que cette importante décision n'avait aucunne consequence pratique.

 

Due apicoltori francesi con manifesto che dice no cruiser

Donc après l'Italie, l'Allemagne et la Slovénie, un outre pays grand producteur de maïs inities un percours vers l'arrêt (peut etre définitif?) d'utilisation des néonicotinoïdes killer d'abeilles, au moins pour les semences de maïs.


Quelles pressions supplémentaires, escroqueries et tromperies metront en place les puissantes AgroCorporations et les complaisantes Autorités pour défendre le prodigue et lucrative business de l'agrochimique industriel?

Voir Communiqué de presse Unaf du 14 Septembre 2011

 

 

Traduction de Maria Jose Pastor Rodriguez

Share